La sobriété numérique menace-t-elle la neutralité du net? – Le Figaro

RÉALITÉS AUGMENTÉES – Qui dit sobriété dit réduire ses usages, les choisir librement ou du moins les hiérarchiser.

Charge aux utilisateurs d’adopter de bons réflexes numériques.

Charge aux utilisateurs d’adopter de bons réflexes numériques. 300273788/metamorworks – stock.adobe.com

Le lancement prochain de la 5G a ravivé le débat sur la sobriété numérique. Chaque année, le volume de données qui transite sur les réseaux des opérateurs augmente de 40 à 50 %. La crainte est de voir cette croissance augmenter l’impact environnemental des opérateurs télécoms. Pour endiguer cette course à la consommation, qui se double d’une course à l’équipement, certains prônent la sobriété des usages. La méthode douce consiste à faire prendre conscience à chacun des conséquences sur l’environnement de ses pratiques numériques. Les consommateurs ont appris à couper l’eau du robinet et à éteindre la lumière quand ils quittent une pièce. Charge à eux d’adopter de bons réflexes numériques ; par exemple, de ne pas surconsommer de vidéos. Mais à quel moment une vidéo est-elle inutile? Qui décide de la pertinence d’un contenu?

Il est tentant d’estimer qu’un cours en ligne est plus important qu’une «vidéo porno regardée dans un ascenseur» . Ou qu’un cours de maths dispensé par un professeur

Cet article est réservé aux abonnés.

Il vous reste 55% à
découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois